CARNAVAL DE NICE

La fabrique à rêves

 

Le Roi est mort, vive le Roi ! La maxime monarchique sublime l’esprit du Carnaval,
qui offre chaque année de nouvelles surprises. Un peu en amont, nous sommes allés pousser la porte des ateliers.

PAR MARTIN DE KERIMEL

 

Le bâtiment n’a rien d’exceptionnel en soi. Les Niçois qui passent à proximité immédiate de la Halle Spada, au 22 bis de l’avenue Denis-Séméria, n’ont pas forcément conscience de ce qu’il s’y passe. Pourtant, c’est notamment dans cet ancien vaste lieu d’entreposage que sont construits les chars du Carnaval, de sortie cette année du 16 février au 2 mars. Qui y pénètre est tacitement invité à ne pas dévoiler l’intégralité de ce qu’il découvre avant que la fête batte son plein. Trahir trop de secrets nuirait à la surprise du public. Même principe à la Maison du Carnaval, installée rue Richelmi, à quelques mètres de la gare de Riquier. Plus petit, cet autre hangar est un site historique de la fête niçoise. Dès la mi-novembre, Jean-Pierre Povigna, 75 ans, y passe de longues heures chaque jour. Il est tombé dans la marmite quand il était petit, marchant alors dans les pas de son père et de son grand-père, carnavaliers avant lui. Loin d’être lassé, il parle avec joie du plaisir qu’il a à superviser la fabrication des plus beaux chars. Ses mains noires et sa blouse attestent qu’il met encore la main à la pâte, avec un amour du métier resté le même depuis des années. Une flamme transmise à ses fils, Pierre et Gilles...

N°18 - JANVIER - MARS 2019

© OLIVIER WARTER / SOPRESS

DÉCOUVREZ  la suite de l'article  et  encore  d'infos

Téléchargez gratuitement

OPTIMISTE CÔTE D'AZUR

© 2014 OPTIMISTE MAGAZINE

OPTIMISTE CÔTE D'AZUR

L'information résolument positive

5, chemin des Presses - Cagnes-sur-Mer

04 93 29 08 06

devousanous@optimistemagazine.fr

RUBRIQUES

SUCCESS STORY

À LA UNE

REGARD SUR...

AZURÉEN(NE)

SPORT

SANTÉ / BIEN-ÊTRE

CULTURE

 

 

 

 

 

 TÉLÉCHARGER GRATUITEMENT SUR TABLETTE OPTIMISTE CÔTE D'AZUR OU LIRE L'ÉDITION EN LIGNE