VALÉRIE ARBOIREAU

Sourire aux lèvres

 

Beaucoup la connaissent pour ses «performances BisouX». Valérie Arboireau a cependant plusieurs visages, elle qui se présente comme « chineuse de talents et marchande d’histoires ».

PAR FRANÇOIS STAGNARO

 

Elle joue avec les rouges à lèvres tel un peintre de sa palette de couleurs et dépose l’empreinte de ses baisers comme les pixels d’une image dont le motif se révèle au fur et à mesure de la performance : une poitrine généreuse apparaît alors, déployée sur un support blanc comme l’étendard d’une féminité assumée. Cette idée originale lui est venue il y a dix-sept ans, après avoir mis au monde son fils : «J’étais jusque là quelqu’un de plutôt remuant, une sorte de garçon manqué, fille et petite-fille de féministes. En allaitant pour la première fois, je me suis sentie pleinement femme.» C’est dans ce contexte qu’elle crée sa première pièce : sur une toile de trois mètres, un assemblage de «bisous», qui formaient des seins maternels. Les siens.

 

« Recyclage en émotions durables »

À l’époque, selon ses propres termes, elle pratiquait le « recyclage en émotions durables » en fabriquant des luminaires à partir de foulards de soie ou en accessoirisant des lustres en cristal. En 2001, elle installe son premier tableau en arrière-plan du stand qu’elle présente au salon Maison & Objets...

 

N°9 - OCTOBRE - DÉCEMBRE 2016

 

RENCONTRE

© OLIVIER WARTER / SOPRESS

Lire la suite de l'article  et  encore  + d'infos

Téléchargez gratuitement

OPTIMISTE MAGAZINE

 TÉLÉCHARGER GRATUITEMENT SUR TABLETTE OPTIMISTE MAGAZINE OU LIRE L'ÉDITION EN LIGNE