N°9 - OCTOBRE - DÉCEMBRE 2016

 

 

HYPNOTHÉRAPIE

 L’hypnose en toute conscience

 

C’est un drôle de paradoxe : entre idées reçues, demi-vérités
et réalités méconnues, l’hypnose reste bien mystérieuse,
mais elle remporte aussi un franc succès. De quoi titiller
notre envie d’en savoir plus.

PAR MARTIN DE KERIMEL

 

Le dictionnaire Robert la définit comme un « sommeil incomplet, provoqué par des manœuvres de suggestion ». Pour le Larousse, elle est aussi « un état de conscience particulier ». Amusante, fascinante, voire inquiétante parfois, l’hypnose suscite mille curiosités. Vous avez sûrement, dans un coin de la tête, l’image de Messmer, l’artiste québécois qui en a fait le sujet exclusif de ses spectacles. En cherchant encore un peu, vous retrouverez peut-être un souvenir de Mowgli, le petit d’homme du Livre de la jungle, subjugué par les yeux du serpent Kaa. Depuis quelque temps, le phénomène hypnotique s’étale même, sans complexe, à la une de magazines très divers. Tout préjugé laissé de côté, nous avons tenté d’y voir clair et de démêler pour vous la réalité du fantasme. C’est ainsi que, très vite, nous avons compris que l’hypnose n’était pas qu’une plaisanterie, mais au contraire un sujet très sérieux – et un état que nous pouvons tous atteindre seuls.

 

Un vrai intérêt thérapeutique

Le docteur Nadine Memran, spécialiste des questions de douleur et de soins palliatifs au CHU de Nice, reste convaincue de son intérêt dans le domaine très pointu de l’anesthésie-réanimation. « Elle fait pourtant l’objet de représentations négatives et fausses croyances, assure-t-elle. Elle n’a rien à voir avec un état d’endormissement ou une manipulation d’autrui, mais correspond au contraire à un état naturel de tous les individus, placé entre l’éveil intense et le sommeil profond. Elle suppose une intermédiation entre le thérapeute et son sujet. » Placé en état d’hypnose, ce dernier serait bien plus réceptif aux suggestions du soignant, tout en conservant son libre arbitre pour les suivre… ou pas. Souvent, l’hypnose est associée à la notion de thérapie brève et ne fait l’objet que de quelques séances, au maximum – rien de très inquiétant, au fond.

 

STUDIO GRAND OUEST / GETTY IMAGES

dÉCOUVREZ  LA SUITE DE L'ARTICLE  et  encore  + d'infos

Téléchargez gratuitement

OPTIMISTE MAGAZINE

 TÉLÉCHARGER GRATUITEMENT SUR TABLETTE OPTIMISTE MAGAZINE OU LIRE L'ÉDITION EN LIGNE