L’ARAZUR

La petite table qui monte

 

Ouverte au printemps, cette adresse du vieil Antibes promet une expérience culinaire réussie aux gourmets en quête de nouveautés.

PAR AURÉLIA LASORSA

 

Aux fourneaux comme à la ville, Lucas Marini et Jeanne Martin forment un binôme d’exception. Parents d’une petite Lara, qui a inspiré le nom de l’établissement, le couple de cuisiniers, fort d’un CV multi étoilé, a choisi de se lancer ! Lui aux fourneaux, elle en salle : ils nous accueillent ici comme chez eux, proposant une cuisine fraîche et gourmande dont on devrait entendre beaucoup parler… Pour Lucas, le métier est une vocation : « Vers 4/5 ans déjà, je cuisinais avec mon père. Ce que j’aimais par dessus tout, c’était donner du plaisir et vivre des moments de partage autour d’un bon repas, aussi simple soit-il. » Au sortir du collège, le jeune homme passe deux mois en Italie, au bord du lac d’Iseo, pour confirmer ce qu’il sait déjà : il sera chef ! Après un apprentissage à La Tonnelle, aux Angles, il « monte » à Paris pour se frotter à l’excellence de l’École Ferrandi. Il effectue alors des stages au Meurice de Yannick Alléno, au Grand Véfour de Guy Martin, puis enchaîne les tables d’exception : Ledoyen de Christian Le Squer, La Présidence du Sénat de Gilles Poyac, puis le Mirazur de Mauro Colagreco… Là, il rencontre Jeanne, chef de partie du deux-étoiles mentonnais, elle-même diplômée de l’Institut Paul Bocuse et forte d’expériences réussies chez Éric Fréchon, Pascal Barbot et Yannick Franques, entre autres.

 

N°9 - OCTOBRE - DÉCEMBRE 2016

 

© OLIVIER WARTER / SOPRESS

DÉCOUVREZ la suite dE L'ARTICLE  et  encore  + d'infos

Téléchargez gratuitement

OPTIMISTE MAGAZINE

 TÉLÉCHARGER GRATUITEMENT SUR TABLETTE OPTIMISTE MAGAZINE OU LIRE L'ÉDITION EN LIGNE