N°7 - AVRIL - JUIN 2016

 

RAGNI

Dans la lumière

 

Elle est à la fois très visible et méconnue. Entreprise azuréenne, Ragni éclaire l’espace public, en France et à l’étranger, depuis près d’un siècle. Une longue histoire de famille.

PAR MARTIN DE KERIMEL

 

Le gâteau sera probablement très lumineux : avec quatre-vingt-dix bougies l’an prochain, la société Ragni fait office de poids lourd de l’industrie azuréenne. Ses locaux historiques et administratifs sont situés à La Gaude, au bout du bout du Vallon des Vaux. Dans le bureau de Marcel Ragni, une grande photo en noir et blanc ramène l’actuel P.-D.G. en arrière et sert de support à sa fierté. Il a fait ses premiers pas au sein de l’entreprise familiale à quatorze ans, comme apprenti, à l’atelier. « Je suis tombé dedans quand j’étais petit, confirme-t-il, comme une évidence. À l’époque où mon père dirigeait la société, je venais faire mes devoirs sur un coin de son bureau. Je me souviens de cette idée que nous fabriquions quelque chose de beau et de mon admiration pour mes grands frères : pour moi, ils étaient une référence. Aurais-je pu faire autre chose ? Peut-être. Tous les Ragni ne travaillent pas pour Ragni : j’ai un neveu professeur de tennis, par exemple, ou une nièce qui fait des études d’avocat. » La question de l’avenir s’est finalement posée en 2007. Quand Roger et Victor, ses aînés, ont décidé de mettre un terme à leur carrière, Marcel a dû choisir : céder l’entreprise ou poursuivre l’activité avec la quatrième génération. Décidés à continuer, les jeunes de sa famille l’ont alors convaincu, à cinquante-et-un ans, de prendre la présidence du groupe. « Vendre notre entreprise, c’était également vendre notre nom. Et j’ai vu d’autres sociétés familiales perdre ainsi leur âme... »

 

© OLIVIER WARTER/SOPRESS

DÉCOUVREZ  la suite de l'article  et  encore  + d'infos

Téléchargez gratuitement

OPTIMISTE MAGAZINE

 TÉLÉCHARGER GRATUITEMENT SUR TABLETTE OPTIMISTE MAGAZINE OU LIRE L'ÉDITION EN LIGNE