ENVIRONNEMENT

La nature à la reconquête des villes

 

La « fièvre verte » monte dans les métropoles ! Sur fond

de développement durable, la nature reprend peu à peu

ses quartiers. Les citadins sont de plus en plus nombreux

et enthousiastes à l’idée de s’improviser jardiniers urbains.

PAR ROMY DUCOULOMBIER

 

Près de huit Français sur dix choisissent leur lieu de vie en fonction de sa proximité avec un espace vert et, pour un Français sur deux, la ville de demain sera végétale ! Parcs, jardins, espaces boisés, promenades… La nature se fraye un chemin dans l’univers bétonné. Au-delà de simples exigences récréatives ou décoratives, sa présence constitue une ressource rare, au service de la qualité de vie pour les habitants. « Le végétal génère de l’ombre, un dégagement de fraîcheur, de la qualité paysagère. Qu’elle soit présente dans les espaces qui lui sont dédiés, aux abords des zones de circulation ou sur les murs et les toitures, la nature régule l’eau, l’air, l’humain », expliquent les spécialistes du ministère du Logement et de l’Habitat durable. Une réalité, puisque la demande sociale ne cesse d’augmenter, notamment dans les régions fortement urbanisées comme l’Île-de-France, « où 20 % de la population se concentre sur seulement 2 % du territoire », rappelle Marc Barra, écologue chargé de mission pour Natureparif, l’agence régionale pour la nature et la biodiversité.

 

Le végétal : au cœur des aménagements urbains

De plus en plus de projets d’urbanisme sont réalisés ou envisagés en interaction avec la nature. C’est le cas de « Réinventer Paris », un appel à projets qui porte sur la transformation de vingt-trois lieux de la capitale d’ici à 2022 et qui expérimente des végétalisations inédites avec, entre autres, des potagers suspendus ou encore des terrasses végétalisées. Parmi les lauréats, le projet « Mille Arbres », qui vise à la création d’un îlot de verdure au-dessus du boulevard périphérique, à l’ouest de Paris. Le bâtiment de 57 000 m2 s’élèvera sur huit étages et intégrera, comme son nom l’indique, mille arbres répartis entre les différents niveaux. Un « quartier-forêt », en quelque sorte, qui intégrera des logements, des bureaux, un hôtel et même une crèche.

 

© SOU FUJIMOTO ARCHITECTS + MANAL RACHDI OXO ARCHITECTES - COMPAGNIE DE PHALSBOURG + OGIC - MORPH

N°7 - AVRIL - JUIN 2016

découvrez  LA SUITE DE L'ARTICLE  et  encore  + d'infos

Téléchargez gratuitement

OPTIMISTE MAGAZINE

 TÉLÉCHARGER GRATUITEMENT SUR TABLETTE OPTIMISTE MAGAZINE OU LIRE L'ÉDITION EN LIGNE