LA VILLA OTERO

Le charme du rétro

 

Semblable à une bonbonnière XXL, la Villa Otero, à Nice, plonge le client/visiteur dans une ambiance Belle Époque.
Un cadre tout doux à reproduire à l’envi.

PAR AURÉLIA LASORSA

 

La Belle Époque a marqué Nice et son cœur de ville. Dans l’hypercentre, comme à Cimiez d’ailleurs, l’architecture est largement influencée par cette période allant de la fin du XIXe siècle au début du XXe. Le quartier des Musiciens et les abords de la gare Thiers sont une vitrine du genre. Là se cache une pépite flambant neuve, un boutique-hôtel discret auquel il faut impérativement jeter un coup d’œil pour mieux comprendre ce qui nous plaît tant dans cette tendance. Hommage à la Belle Otero, venue finir sa vie sur la Côte d’Azur, la Villa Otero, décorée par Stéphanie Cayet, nous livre ses secrets déco. Dès le lobby-salon de thé, le ton est donné. Le style Belle Époque, ce sont des motifs foisonnants, mais élégants ; des couleurs marquées, utilisées avec parcimonie ; des matières nobles et du doré. Bien que discret et évitant le clinquant, le marbre est partout : il habille la cheminée et joue les damiers au sol, pour un effet chic. Aux murs, on retrouve un papier peint aux motifs luxuriants. Sur ce modèle signé Osborne & Little, le bleu domine, parsemé de palmiers, clin d’œil à la ville. Il répond harmonieusement au mobilier : table d’accueil, bibliothèques… et fauteuils, tapissés de velours bleu. Pour le reste, la sobriété est de mise mais le choix des accessoires, chinés si possible, est primordial. Des cadres qui rappellent les cimaises de la pièce, des rideaux discrets qui filtrent la lumière sans la couper, et des luminaires en quantité, pour tamiser l’ambiance.

© HERVÉ FABRE

N°6 - JANVIER - MARS 2016

découvrez  LA SUITE DE L'ARTICLE  et  encore  + d'infos

Téléchargez gratuitement

OPTIMISTE MAGAZINE

 TÉLÉCHARGER GRATUITEMENT SUR TABLETTE OPTIMISTE MAGAZINE OU LIRE L'ÉDITION EN LIGNE