PORTRAIT

Une passion culinaire

 

La curiosité ?  Plutôt qu’un vilain défaut, c’est, pour
Tamara Gréboval, un moteur de vie. Avec une joie manifeste, cette trentenaire, propriétaire d’un atelier de cuisine
à Nice, raconte son parcours atypique.

PAR MARTIN DE KERIMEL

 

Son joli minois vous dit quelque chose ? C’est sans doute que vous êtes friand  des émissions gourmandes de la télé. Encouragée par ses amis, Tamara Gréboval était arrivée en finale de la promotion 2012 de Master Chef, sur TF1. Trois ans plus tard, elle se souvient de cette apparition à l’écran comme d’une opportunité intéressante. À l’époque, pas vraiment obnubilée par la victoire, la petite princesse de l’audimat avait pris du plaisir à découvrir les coulisses d’une grosse machinerie audiovisuelle, assez en tout cas pour étancher sa légendaire soif de connaissances. Elle admet également avoir connu quelques poussées d’adrénaline quand il lui a fallu faire ses preuves devant le tribunal des caméras.

 

Le bac... et plusieurs étapes

Déjà à cette époque, Tamara avait une idée derrière la tête sur sa Côte d’Azur natale : à deux pas seulement du port de Nice, place Guynemer, elle l’a concrétisée en ouvrant l’Atelier de Tam, un joli espace où elle enseigne quelques facettes de l’art culinaire. C’est, pour l’instant, la dernière étape d’un parcours étonnant. Le bac en poche, la jeune adulte avait d’abord été admise en première année de médecine. Un premier changement d’orientation et quatre années plus tard, elle décrochait une maîtrise de biochimie. Tamara s’est aussi intéressée à l’art pictural et à la gestion, au point de valider un master en administration des entreprises. Elle a été ingénieure en développement informatique à Paris et a travaillé dans le BTP.

 

© OLIVIER WARTER/SOPRESS

N°6 - JANVIER - MARS 2016

découvrez  la suite dE L'ARTICLE  et  encore  + d'infos

Téléchargez gratuitement

OPTIMISTE MAGAZINE

 TÉLÉCHARGER GRATUITEMENT SUR TABLETTE OPTIMISTE MAGAZINE OU LIRE L'ÉDITION EN LIGNE