PORTRAIT

L’appel des sommets

 

Lorsque Valérie Belpois débute sa carrière dans le notariat à Nice, elle est loin d’imaginer qu’elle l’interrompra quelques années plus tard pour aller travailler en montagne.

Pourtant, rien n’est dû au hasard dans le parcours de cette femme déterminée.

PAR FRANÇOIS STAGNARO

 

Comme pour beaucoup d’Azuréens, le cœur de Valérie est partagé entre la mer et la montagne. Née à Nice au début des années soixante-dix, elle découvre Isola 2000 à l’âge de deux ans, adoptant le rythme saisonnier de ses parents : « Nous passions l’hiver au ski et l’été au bord de la mer. » Sa scolarité suit le mouvement, à cheval entre deux écoles jusqu’à la fin du primaire. « J’étais, à cette époque, la seule petite fille de ma classe qui n’effectuait pas toute son année dans la même école, mais ça se passait plutôt bien. » En sixième, elle entre en section ski / études au collège de Saint-Étienne-de-Tinée, puis à Villard-de-Lans à partir de la troisième. Un cursus qui l’amène ensuite naturellement à passer le diplôme de moniteur de ski, sur les traces de son père. Pourtant, le bac en poche, elle choisit des études supérieures a priori sans grand rapport avec la montagne : inscrite à la faculté de droit de Nice, elle en sort, quelques années plus tard, avec un DESS de droit notarial. Après avoir obtenu son diplôme de notaire, elle exerce dans deux études niçoises. Mais la voie toute tracée qui s’ouvre à elle ne semble pas la convaincre : « N’ayant pas les moyens de racheter une étude ou de m’associer, je me suis vite posé des questions sur ma vocation et j’ai commencé à tourner en rond… »

© OLIVIER WARTER/SOPRESS

N°5 - OCTOBRE - DÉCEMBRE 2015

découvrez  la suite dE L'ARTICLE  et  encore  + d'infos

Téléchargez gratuitement

OPTIMISTE MAGAZINE

 TÉLÉCHARGER GRATUITEMENT SUR TABLETTE OPTIMISTE MAGAZINE OU LIRE L'ÉDITION EN LIGNE