BERLIN

Le cœur battant

 

Capitale dune Allemagne qui fête actuellement

les vingt-cinq ans de sa réunification, Berlin affiche

sa différence. Celle d’une ville qui, après avoir surmonté

les épreuves de l’histoire, déborde d’énergie, de modernité

et de créativité. un jeune Français nous en livre sa vision.

PAR FRANÇOIS STAGNARO

 

Musicien et compositeur, Jean-François est tombé amoureux de Berlin il y a quelques années. Depuis, il effectue de fréquents séjours dans cette ville qu’il nous conseille de ne pas aborder comme d’autres capitales européennes. Du fait de la destruction de son patrimoine architectural pendant la guerre et de la reconstruction assez anarchique qui a suivi, Berlin n’a pas un charme classique. Ce qui fait son attrait, selon lui, c’est son irrésistible dynamique, son côté irrévérencieux, gavroche, sa modernité et cette implantation inouïe de la plus radicale urbanité dans un écrin de verdure. Pour s’y déplacer, le moyen de transport préféré des Berlinois est le vélo. On en loue un peu partout pour quelques euros.

 

Pour visiter, flâner...

La Spree – le fleuve qui traverse la ville – procure d’innombrables occasions de balades. À l’est de l’Oberbaum Brücke, par exemple, pour voir de plus près le Molecule Man (série de sculptures monumentales de Jonathan Borofsky), boire un verre ou grignoter dans des guinguettes comme le Freischwimmer ou le Club des visionnaires. Parmi les nombreux lieux d’expositions, la Berlinische Galerie retrace les grands moments de la création contemporaine berlinoise. Berlin comporte également plusieurs musées et mémoriaux relatant l’histoire des Juifs en Allemagne, dont l’émouvant Jüdisches Museum, dans un bâtiment très inspiré de l’architecte Daniel Libeskind, ou le mémorial de la Shoah, tout près de la porte de Brandebourg. À proximité immédiate, la coupole du Reichstag, due à Norman Foster, constitue un must pour les amateurs d’architecture. Selon les périodes de l’année, il peut être nécessaire de réserver l’entrée jusqu’à une semaine à l’avance. On peut également dîner sous la coupole. C’est très romantique, mais les prix sont ici naturellement plus chers qu’ailleurs…

 

N°5 - OCTOBRE - DÉCEMBRE 2015

© VISIT BERLIN - WOLGANG SCHOLVIEN

DÉCOUVREZ la suite de l'article  et  encore  + d'infos

Téléchargez gratuitement sur tablette

OPTIMISTE MAGAZINE

 TÉLÉCHARGER GRATUITEMENT SUR TABLETTE OPTIMISTE MAGAZINE OU LIRE L'ÉDITION EN LIGNE