PORTRAIT

Quand Vincent s’est mis au vert

 

Spécialiste des systèmes d’information de grandes entreprises, Vincent Aujard a roulé sa bosse pendant vingt ans de New York à Monaco en passant par Paris. Puis il a décidé de changer d’horizon. En inventant des paysages…

 

PAR FRANÇOIS STAGNARO

 

Rien ne prédestinait cet ingénieur en informatique à devenir architecte paysagiste. Lorsqu’il nous reçoit sur sa terrasse inondée de soleil, Vincent semble pourtant évoluer dans son milieu naturel, avec une évidente simplicité. Dans les effluves du jasmin qui court sur la façade, il nous présente la production de son mini-potager et les bacs sobres et élégants qu’il vient d’acquérir pour compléter l’harmonie des formes et des couleurs de son « oasis urbaine ». Car les balcons de nos villes mettent tout autant sa créativité à l’épreuve que les jardins ou les parcs des villas de la Côte d’Azur. S’il revendique une préférence pour les formes, les couleurs et les textures modernes, et pour le recours à des essences méditer­­ranéennes, Vincent insiste aussi sur l’importance de l’observation et de l’écoute, qui lui permettent d’adapter ses projets au style et à l’histoire des lieux et des propriétaires. « Je pars toujours de l’existant et je cherche d’abord à comprendre les désirs et les rêves de mes clients. » C’est d’ailleurs dans cette faculté d’écoute que l’on saisit un premier lien avec sa précédente vie professionnelle : « En tant que responsable des systèmes d’information, j’occupais des fonctions d’organisateur. J’analysais le fonctionnement de l’entreprise avant de proposer la refonte et la réorganisation des processus : repenser intégralement, réinventer, construire un nouveau cadre…

© OLIVIER WARTER/SOPRESS

N°4 - JUILLET - SEPTEMBRE 2015

découvrez  la suite dE L'ARTICLE  et  encore  + d'infos

Téléchargez gratuitement

OPTIMISTE MAGAZINE

 TÉLÉCHARGER GRATUITEMENT SUR TABLETTE OPTIMISTE MAGAZINE OU LIRE L'ÉDITION EN LIGNE