CÉLIA LEROUGE-BÉNARD

Parfum d’enfance

 

Héritière d’une histoire familiale qui remonte à 1849, Célia Lerouge-Bénard est
la première femme à diriger la vénérable maison de parfums Molinard. Fière des traditions qui ont bercé son enfance, elle entend les inscrire dans la modernité.

PAR FRANÇOIS STAGNARO

 

C’est au siège historique de Molinard, à Grasse, que Célia Lerouge-Bénard nous reçoit, dans le bureau voisin de celui de son père, qui garde un pied dans la maison bien qu’il en ait passé les commandes il y a trois ans. Le regard de la jeune femme pétille lorsqu’elle évoque la petite fille qui courait dans les couloirs du 60, boulevard Victor-Hugo, à la chasse aux nombreux trésors de cette bâtisse dont elle connaît les moindres recoins. « Mais je n’ai pas encore tout découvert. C’est un peu comme une vieille bastide chargée d’histoire, dans laquelle chaque placard recèle un tiroir qui, lui-même, renferme des souvenirs… »

 

Dès le berceau

Les parfums ? Elle est tombée dedans à sa naissance. « Dès l’âge de 3 ans, je me souviens de mon père, dans le jardin, qui prenait des feuilles et les froissait dans ses mains pour nous faire deviner les odeurs. Parfois, nous jouions aussi à deviner ce que les usines alentour étaient en train de distiller.

N°4 - JUILLET - SEPTEMBRE 2015

RENCONTRE

© OLIVIER WARTER / SOPRESS

Lire la suite de l'article  et  encore  + d'infos

Téléchargez gratuitement

OPTIMISTE MAGAZINE

 TÉLÉCHARGER GRATUITEMENT SUR TABLETTE OPTIMISTE MAGAZINE OU LIRE L'ÉDITION EN LIGNE