N°2 - JANVIER - MARS 2015

 

OR ROUGE

Le trésor de la vallée

 

Le safran est le produit alimentaire le plus cher au monde, bien plus que le caviar ou

la truffe. Une particularité due à une récolte qui ne peut se faire qu’à la main. À Venanson, Mélanie et Christophe ont créé « La Cabane à Safran », où ils produisent une épice de très grande qualité, auréolée du label bio.

PAR AURÉLIA LASORSA

PHOTOS OLIVIER WARTER - NICOLAS HEBERT

 

Le safran est extrait de la fleur de Crocus sativus, dont les bulbes doivent être sortis de terre tous les trois ans pour être replantés dans un sol vierge, qui n’a pas été exploité pendant cinq ans. Chaque bulbe se démultiplie en trois ou quatre bulbilles. Chacun produira à son tour une fleur. La productivité du safran est donc exponentielle.

 

Il faut ramasser entre 150 et 200 fleurs pour obtenir un gramme de safran prêt à consommer. L’étape du séchage est primordiale car les stigmates ne doivent pas souffrir de l’humidité. Christophe a choisi un traitement au déshydrateur, outil le plus efficace pour conserver les arômes.Ce n’est qu’en séchant que la couleur définitive, propre à l’épice, apparaît. Lorsque l’on achète du safran, il est conseillé de privilégier les pistils à la poudre. Ainsi, on a la garantie d’acquérir du vrai safran et non un mélange d’épices moins nobles. Le prix est également un précieux indice : il oscille entre 25 et 35 euros le gramme.

 

© OLIVIER WARTER/SOPRESS

découvrez toutes les images  et  encore  + d'infos

Téléchargez gratuitement

OPTIMISTE MAGAZINE

 TÉLÉCHARGER GRATUITEMENT SUR TABLETTE OPTIMISTE MAGAZINE OU LIRE L'ÉDITION EN LIGNE