PETITS ESPACES

Repousser les murs

 

Transformer une coquette surface en un appartement agréable à vivre pour une ou plusieurs personnes,
c’est le défi que relève quotidiennement l’architecte d’intérieur Julie Germain, professionnelle pragmatique.

PAR AURÉLIA LASORSA

 

Le vieil adage dit qu’ « il vaut mieux un petit chez soi qu’un grand chez les autres ». Julie, elle, a décidé qu’une petite surface pouvait avoir autant de charmes et d’atouts qu’un vaste logement. Une promesse qui attire tout particulièrement l’attention de celles et ceux qui suivent de près l’évolution des prix au mètre carré. Les clients qui viennent la voir ont tous la même ambition : faire d’un studio un palais moderne et confortable dans lequel on s’installe pour de longues années. Au Cap de Nice, elle semble avoir poussé les murs de ce 35 m2, un brin vieillot, en forme d’entonnoir. La distribution a été entièrement revue avec une pièce principale savamment pensée qui fait office de cuisine, de salle à manger, de salon et de chambre. Bonus non négligeable : le tout fait face à la mer ! Ce quatre-en-un a nécessité la fabrication de meubles sur mesure et l’uniformisation des teintes et matériaux utilisés. La plus grosse difficulté a été de prévoir une place pour chaque chose. Car les petites surfaces sont rapidement encombrées. L’architecte a donc opté ici pour un mur de rangements. Au dressing succèdent le placard administratif et le réfrigérateur, intelligemment camouflé. Une association hors normes, mais qui a fait ses preuves. Côté salon, la longue enfilade, sur mesure là encore, est en fait un meuble de cuisine qui se prolonge en meuble télé. La partie salle de bains, qui bénéficie d’un puits de lumière naturelle, est placée dans un bloc. C’est la signature de l’architecte..

 

37 m2 bien pensés

Julie Germain joue aussi tout naturellement avec les cubes pour transformer un appartement sans âme du « Marais niçois », dans le quartier du port, en un deux-pièces façon loft. Parce que son propriétaire souhaitait offrir à ses 37 m2 un effet open space, la professionnelle a créé, grâce à des cloisons amovibles, des pièces évolutives. Le bloc nuit est une prouesse à lui seul, puisqu’il est composé de la chambre à coucher, du dressing et d’une salle de bains avec baignoire et douche, s’il vous plaît ! À l’instar des pièces, le mobilier est modulable, comme cette table basse qui se transforme en un claquement de doigts en table à manger, les deux canapés Softline devien­nent quatre fauteuils confortables, ou la balançoire, à la fois pièce déco maîtresse par son aspect ludique et enfantin, et chaise d’appoint bien pratique. Plus encore que pour les biens de taille standard, le jeu de lumières est primordial lorsqu’il s’agit de petites surfaces. Appliques, plafonniers, lampes à poser, alignement de leds : les points lumineux doivent être multipliés, dans le but de créer des ambiances nuancées. 

© OLIVIER WARTER / SOPRESS

N°2 - JANVIER - MARS 2015

découvrez  LA SUITE DE L'ARTICLE  et  encore  + d'infos

Téléchargez gratuitement

OPTIMISTE MAGAZINE

 TÉLÉCHARGER GRATUITEMENT SUR TABLETTE OPTIMISTE MAGAZINE OU LIRE L'ÉDITION EN LIGNE