PAUL HOFMAN

« Nice me donne de la  force »

 

Ce médecin consacre l’essentiel de sa vie

à la recherche. L’automne dernier,

la publication des travaux de son équipe

pour une détection précoce du cancer

du poumon a mis le CHU de Nice sous le feu

des projecteurs. Rencontre avec

un Niçois passionné.

PAR FRANÇOIS STAGNARO

 

 

Le calme et la courtoisie de Paul Hofman contrastent avec la tourmente médiatique dont il émerge à peine. Le 31 octobre,  ­l’Inserm publie un communiqué annonçant « une avancée significative dans le domaine du diagnostic précoce des cancers invasifs.» Il serait «possible de détecter, chez des patients à risque de développer un cancer du poumon, des signes précoces, sous forme de cellules cancéreuses circulantes plusieurs mois et, dans certains cas, plusieurs années avant que le cancer ne devienne détectable par scanner. » Dans la minute, le téléphone commence à sonner.

 

Le déferlement médiatique

Agences de presse, journaux et télévisions le sollicitent sans interruption. Pourquoi une telle effervescence ? « On a tous autour de nous des personnes qui ont fumé, qui fument, ou qui fumeront. Le cancer du poumon est une maladie qui parle à tout le monde, ce qui explique sans doute l’ampleur du phénomène médiatique. »

N°2 - JANVIER - MARS 2015

RENCONTRE

© OLIVIER WARTER / SOPRESS

Lire la suite de l'article  et  encore  + d'infos

Téléchargez gratuitement

OPTIMISTE MAGAZINE

 TÉLÉCHARGER GRATUITEMENT SUR TABLETTE OPTIMISTE MAGAZINE OU LIRE L'ÉDITION EN LIGNE