NICE-MATIN

Un nouveau départ

 

Le 7 novembre dernier, le tribunal

de commerce confiait les rênes du journal

à ses salariés, réunis en coopérative.

Après l’euphorie, nous avons voulu en savoir plus sur cette transition, que beaucoup

vivent comme une renaissance.

PAR FRANÇOIS STAGNARO

 

 

On connaissait l’aventure des ouvrières Lejaby, fédérées en coopérative pour reprendre leur entreprise. Mais cette solution est une première pour une société de presse de la dimension de Nice-Matin, et lui a valu l’attention de tous les autres médias. L’été dernier, sur une idée de la désormais célèbre Simone, une lectrice de 91 ans, des salariés du journal ont lancé un appel aux dons. Trois mois plus tard, l’élan de sympathie suscité par cette initiative a -permis de boucler un dossier jugé crédible par le tribunal de commerce. Le 7 novembre, emmenés par leur porte--parole Jean--François Roubaud, les salariés poussent des cris de joie.

 

Réinventer le journal

Désormais, c’est une SCIC (Société coopérative d’intérêt collectif), constituée avec l’aide juridique du cabinet parisien SEH Legal, qui préside aux destinées du groupe. Robert Namias, qui fut longtemps directeur de l’information de TF1, a accepté d’en assurer la présidence, assisté de Denis Carreaux, ancien rédacteur en chef devenu directeur délégué des rédactions.

N°2 - JANVIER - MARS 2015

© OLIVIER WARTER / SOPRESS

DÉCOUVREZ la suite de l'article

ET L'INTERVIEW DE ROBERT NAMIAS

Téléchargez gratuitement

OPTIMISTE MAGAZINE

 TÉLÉCHARGER GRATUITEMENT SUR TABLETTE OPTIMISTE MAGAZINE OU LIRE L'ÉDITION EN LIGNE