MONACO ET LA FRANCE

Changez de regard

 

C’est l’histoire d’une relation complexe, nourrie de sentiments contradictoires. Les fiers Gaulois ont-ils raison de déplorer l’absence de leur drapeau sur ces 2 km2 de territoire ?

Pas forcément…

PAR MARTIN DE KERIMEL

 

C’est indéniable : des deux côtés de la frontière, les uns et les au--tres s’étonnent, s’interrogent ou s’irri-tent encore de ce lien si particulier qui, en 2015, associe la France au deuxième plus petit pays au monde. Reconnue par nombre d’organisations internationales, admise aux Nations Unies en 1993, membre du Conseil de l’Europe depuis 2004, la Principauté est et restera, pour certains, une bizarrerie géographique. Les mêmes préjugés, en boucle : têtes couronnées, argent et luxe, Grand Prix…

 

Un voisin qui intrigue

Globalisation oblige, c’est logique : parce qu’elle revendique son statut à part, Monaco détone, gêne aux entournures, déplaît. Mais avec une nouvelle configuration de la place du Casino, un marché immobilier au dynamisme retrouvé, une extension du territoire bientôt en chantier et même… la naissance de Gabriella et Jacques, les enfants du couple princier, Monaco avance. Inexorablement. Or, dès les origines, elle a aussi su se construire, sinon grâce à ses voisins, du moins avec leur concours. La France compte au rang de ses partenaires privilégiés. Jean-Laurent Terrazzoni prend le train tous les jours pour venir travailler en Principauté. « Le plus étonnant, c’est de constater qu’un pays grand comme une ville gère le budget d’un État. » Depuis peu chargé de mission au Yacht Club, ce Niçois collabore toujours avec son premier employeur monégasque, la Monaco Méditer-ranée Foundation. Il est l’hôte régulier de personnalités de la sphère géopolitique, économique et financière internationale. « Certainement pas des people ! En général, ils arrivent en fin d’après-midi et repartent dès le lendemain matin. Les recevoir est une chance, car ils s’expriment assez peu en public. Ils nous ont permis de tisser quelques liens avec des étudiants voisins, de l’Université de Nice Sophia Antipolis ou de Sciences Po Menton, notamment. » C’est un fait : la France observe ce drôle de voisin, qui lui a aussi permis de mieux vivre et de se développer. Indépendant et souverain ? Monaco l’est, plus que jamais. Fermé aux -ini--tiatives étrangères, à l’influence de la Côte d’Azur voisine ? Certainement pas !

© JAKA SVAN

N°2 - JANVIER - MARS 2015

ENQUÊTE

DÉCOUVREZ la suite de l'enquête  et  encore  + d'infos

Téléchargez gratuitement sur tablette

OPTIMISTE MAGAZINE

 TÉLÉCHARGER GRATUITEMENT SUR TABLETTE OPTIMISTE MAGAZINE OU LIRE L'ÉDITION EN LIGNE