ISTANBUL

Les portes de l'Orient

 

À moins de trois heures de Nice, la capitale
de l’ancien empire ottoman se prête idéalement à un week-end hors saison.
Un jeune quadra français, installé à Istanbul depuis trois ans, nous invite à le suivre.

PAR FRANÇOIS STAGNARO

 

François Felli travaille à Istanbul depuis trois ans, au sein d’une organisation internationale. Son coup de cœur pour la ville remonte à un week-end ensoleillé de novembre, il y a dix ans. Il se souvient avec émotion du chant du muezzin qui résonnait entre Sainte-­Sophie et la Mosquée bleue. L’histoire se poursuit aujourd’hui, à la faveur d’une belle opportunité professionnelle. François a élu domicile à Beyoglu, sur la rive européenne du Bosphore, un quartier moins touristique que Sultanahmet et riche en restaurants, cafés, galeries…

 

Commencer la journée

Son petit-déjeuner, François aime le prendre près de chez lui à Cukurcuma. Au Cuma, notamment, où l’ambiance paisible et la terrasse invitent à s’attarder pour un copieux kahvalti, le petit-déjeuner traditionnel. Impossible ensuite de ne pas flâner chez les nombreux antiquaires du coin. Le plus chic d’entre eux est le fameux A la Turca, au numéro 4 de Faik Pasa. Ce splendide hôtel particulier renferme de somptueux kilims, des vases rares, une incroyable collection de globes terrestres…

N°1 - OCTOBRE - DÉCEMBRE 2014

© CENGIZ KARLIOVA

DÉCOUVREZ la suite de l'article  et  encore  + d'infos

Téléchargez gratuitement sur tablette

OPTIMISTE MAGAZINE

 TÉLÉCHARGER GRATUITEMENT SUR TABLETTE OPTIMISTE MAGAZINE OU LIRE L'ÉDITION EN LIGNE